Nos valeurs

Le Collège Sévigné  est une association à but non lucratif, engagée dans l'histoire de l'enseignement républicain et laïque

 

« Le véritable esprit de Sévigné, c’est son sens de la modernité »

Entretien avec M. Attali, Inspecteur Général Honoraire de Lettres Classiques, Président d'honneur du conseil d’administration de l’association Collège Sévigné

 

Au cours de cet entretien (Novembre 2015), Alain Attali évoque pour nous l’esprit qui a présidé à la fondation du Collège Sévigné, son engagement dans un enseignement laïque, la modernité pédagogique de l’établissement, son ouverture sur le monde et l’international. Il revient aussi sur la place privilégiée (mais non pas exclusive) des études littéraires dans les enseignements qui y ont été dispensés et, plus généralement, sur le sens du métier d’enseignant aujourd’hui, sur l’engagement que cela suppose, et sur le sens de la transmission des Humanités dans un monde devenu complexe, multipolaire, changeant.

 

 

 

 

Le défi relevé par les fondateurs

Résultat d’images pour 10 rue de condé

Le Collège Sévigné a ouvert ses portes le 3 novembre 1880 sous la direction de Mlle Marchef-Girard au 10 rue de Condé, à Paris. Ses fondateurs ont voulu que les jeunes filles aient accès à un enseignement sérieux et laïque, dans une période de profonde restructuration de l'enseignement scolaire et universitaire, sous l'influence indéniable de républicains convaincus et militants. La loi Camille Sée avait été déposée deux ans auparavant, tandis que l'École Normale de Fontenay-aux-Roses, destinée aux jeunes filles, voyait le jour un an plus tôt, en 1879.

Les membres fondateurs du Collège s'étaient réunis en une "Société pour la propagation de l'instruction parmi les femmes". Parmi eux figurait Michel Bréal, ancien élève de l'ENS, linguiste, inventeur de la "sémantique", enseignant et chercheur actif dans les cercles préparant la réforme de l'enseignement scolaire et universitaire des années 1880 ; il fut aussi à l'origine de la fondation de l'Ecole Alsacienne à Paris, destinée aux garçons. Parmi les autres membres fondateurs, figuraient également Louis Petit de Julleville, maître de conférences à l'ENS, Frédéric Passy, qui devient Prix Nobel en 1901 et Paul Bert, qui fut l'année suivante ministre de l'instruction publique et des cultes, militant laïc.

C’est ainsi que Sévigné fut le premier établissement secondaire laïque pour les jeunes filles créé en France. Et il a, le premier, tenté d’unifier les programmes des jeunes filles et des jeunes garçons. Le lycée Fénelon, premier lycée public de jeunes filles, ne fut fondé que trois ans plus tard.

Très tôt dans l'histoire du Collège, on y prépare aux concours d'entrée des plus prestigieuses écoles : en 1882, on ouvre la préparation à l'entrée de l'École Normale Supérieure de jeunes filles de Sèvres, en 1885, la préparation au professorat des lycées de filles et au concours d'entrée à l'École Normale Supérieure de Fontenay. C'est aussi cette même année, en 1885, que l'on ouvre la préparation aux agrégations de Lettres et d'Histoire, qui existe encore aujourd'hui, avec le succès qu'on lui connaît.

Mathilde Salomon

L'influence de Mathilde Salomon

Mathilde Salomon en prit la direction en 1883 afin d’œuvrer pour la promotion des jeunes filles dans une structure laïque. Originaire de Lorraine, militante, membre de la Ligue des Droits de l'Homme, engagée dans l'affaire Dreyfus, membre du Conseil supérieur de l'Instruction Publique, elle a, portée par les universitaires radicaux de la IIIe république, véritablement contribué à construire l'âme de Sévigné. Un ouvrage collectif consacré à son action et à son engagement est actualiement en cours de publicaiton aux Presses Universitaires de Rennes (J. Prévotat éd.).

 

 

 Des figures de l'engagement

4 vies en résidenceL'engagement de Sévigné dans les valeurs de tolérance, de liberté et de laïcité ne s'est jamais démenti, même pendant la guerre. Pierre Brossolette, qui entre au Panthéon l'année même où nous écrivons ces lignes, a enseigné à partir de septembre 1941 dans les murs du Collège : il assurait les cours d'histoire en préparation à l'Agrégation et au concours de l'École Normale Supérieure. Agrégé d'Histoire, il avait en vain demandé sa réintégration après l'armistice. Sans ressources, contraint d'ouvrir une librairie-papeterie, il se partageait entre ses cours à Sévigné et sa librairie d'occasion. C'est au Collège Sévigné que Pierre Brossolette fut contacté par Louis François, qui appartenait au réseau Confrérie Notre-Dame et donnait lui aussi des cours d'agrégation au Collège. On cherchait un spécialiste de questions d'information et de lutte contre la propagande nazie. En 1942, les deux hommes s'engagent  dans les Forces Françaises Libres.
Sur le panneau d'affichage du Collège : "Mesdemoiselles, Monsieur Brossolette n'assurera pas son cours aujourd'hui" (source : Le livre du Centenaire).

Cet esprit et cet engagement ont été résumés par Jacqueline de Romilly, lors de son allocution pour le centenaire de Sévigné :

Jacqueline_de_romilly

"Je sais qu'il n'est guère à la mode de parler de valeurs morales ; mais cela ne saurait me détourner d'en parler - au contraire !  Et les faits montrent qu'en l'occurrence il ne s'agit pas d'une notion en l'air. Ce n'est pas un hasard si Sévigné s'est toujours conduit avec éclat dans les grandes crises : en 14 (avec la guerre), en 18 (avec la filiale fondée à Strasbourg), en 40 (avec la Résistance). Ce n'est pas un hasard non plus si, même en temps de paix et dans la vie de tous les jours, les anciennes de Sévigné constituent comme une famille spirituelle, liée par un passé commun et des valeurs communes".

 

Apprenons à bien penser

L'histoire de Sévigné est marquée par un ancrage très net dans les humanités classiques tout en revendiquant sans concession sa modernité. De prestigieux enseignants ont contribué à forger sa réputation : Alain, Merleau-Ponty, Georges Dumézil, Pierre Lévêque, Raymond Bloch, Jacqueline de Romilly, pour n'en citer que quelques-uns, ont fait cours dans ces murs. Les familles et les élèves liées au Collège ont elles aussi profondément contribué à forger la réputation de l'établissement: Irène et Marie Curie, Hélène Boucher, Thérèse Bertrand-Fontaine, première femme médecin des hôpitaux. Le sens de l'innovation et de la modernité ne venait pas seulement du fait qu'une éducation d'excellence était offerte aux jeunes filles, même s'il est indéniable que le Collège Sévigné fut très largement un terrain d’expérience pour les membres du Conseil Supérieur chargés de rédiger les textes réglementaires. La déclaration d’ouverture précéda ainsi de deux mois le vote de la loi Camille Sée, instituant l’enseignement secondaire laïque et public pour les jeunes filles.

Mais on recherchait également à expérimenter les pédagogies nouvelles, à explorer de nouveaux accès au savoir. En 1909, on crée à Sévigné un jardin d'enfants, en 1910, on met en place des cours "froebéliens", on utilise le matériel pédagogique "Montessori". Rien n'est trop ambitieux pour illustrer la devise qui est encore aujourd'hui celle du Collège Sévigné : "apprendre à bien penser". Les méthodes pédagogiques nouvelles mises au point dans la section enfantine ont été largement répandues et ont favorisé l’ouverture d’établissements similaires. Ainsi, le cours de formation de jardinières d’enfants et de maîtresses pour les petites classes exista jusqu’à la disparition du diplôme et contribua à former des générations d’enseignants des classes maternelles et élémentaires.

Le Collège aujourd'hui : exigence, humanisme, ouverture sur le monde contemporain

Cet héritage est encore le nôtre

Devenu mixte en 1969, l’établissement accueille aujourd’hui des élèves de la maternelle aux classes terminales ainsi que des étudiants préparant les concours du CAPES et de l’Agrégation. Il comptait déjà 450 à 500 élèves et étudiants dans les années 1920. Il en compte actuellement près de 1400 qui se répartissent de la maternelle aux préparations de concours.

Le Collège Sévigné, après presque 140 ans d'existence, continue de revendiquer un enseignement humaniste et exigeant : de la petite section de maternelle au CM2, Sévigné a conçu désormais un programme d'enseignement conforme aux attentes de l'éducation nationale mais enseigné à la fois en français et en anglais. Dans la continuité de l'école primaire, une filière bilingue et biculturelle français/anglais a été créée au collège. Elle se conclut au lycée par l'Option Internationale du Baccalauréat .

 

 

 

 

 Nos axes pédagogiques

Le projet d’établissement a été construit à partir du travail des commissions préparatoires et de questionnaires remplis par les enseignants, le personnel administratif, les élèves et les parents d’élèves.

Un diagnostic a été également établi à partir des différentes statistiques sur les effectifs, l’origine scolaire et géographique des élèves, les résultats aux examens, les taux de redoublement, les orientations et les entrées dans l’enseignement supérieur.

L’ensemble de ces travaux a permis de mieux comprendre les perceptions et les attentes de chacun par rapport au Collège Sévigné et de relever les points qu’il convenait de renforcer, conforter ou développer.

Lors des différentes commissions, l’importance de la dimension laïque a été relevée ainsi que l’attachement des enseignants et du personnel administratif aux valeurs de respect et de tolérance qu’elle incarne.

La « taille humaine » de l’établissement, la qualité de l’enseignement et du suivi scolaire, les excellents résultats aux différents examens ont également été soulignés.

Le souhait partagé par tous d’une rénovation du cadre de vie a trouvé son aboutissement dans la politique de modernisation des locaux menée depuis plusieurs années et la mise en place des outils pédagogiques liés aux exigences des réformes du système éducatif et aux évolutions de la société.

Enfin cette concertation a permis de relever les points de concordance et de choisir six axes prioritaires :

  • Maîtrise de la lecture et de l’écriture
  • Transitions Primaire-Collège-Lycée
  • Enrichir la culture générale
  • Ouverture européenne et internationale
  • Éducation à l’orientation
  • Communication au sein de l’établissement

 

L'enseignement supérieur : de nouveaux outils numériques pour une meilleure transmission des savoirs

Dans le supérieur, le Collège prépare aux agrégations et aux Capes (externes et internes) de Lettres et d'Histoire-Géographie, mais aussi au test probatoire d'entrée à l'École du Louvre. Ouvert aux technologies de son époque, il ne cesse de s'adapter aux besoins nouveaux des étudiants. Il offre des formations hybrides (en présentiel et à distance) permettant à chacun de construire son parcours en fonction de ses besoins et de ses disponibilités. Notre bibliothèque numérique, nos cours en ligne (enregistrements aux formats audio ou vidéo) complètent notre offre en présentiel ainsi que nos cours intégralement rédigés, connus pour leur degré d'exigence et leur très haut niveau. Tout est mis en oeuvre, pour les inscrits en présentiel tout autant que pour ceux qui étudient  à distance, pour favoriser la coopération, la mutualisation des données, la résolution en commun des problèmes, lorsque cela est possible : le forum, la bibliothèque sont là pour favoriser les échanges entre les inscrits et cet esprit de coopération que nous souhaitons développer dans la préparation des concours.